Salut toi!

Je suis de retour en force!

En décembre 2018, il y a quelques jours en fait, j’ai gradué de mon BAC en administration. Le plus gros accomplissement de ma vie ou plutôt le plus long. 16 ans et demi assise sur les bancs d’école à apprendre de force des théorèmes qui ne me serviront probablement jamais. Mais j’ai persévéré et j’ai été jusqu’au bout de mon parcours scolaire.

Je tiens à préciser que je suis très fière de l’avoir fait jusqu’au bout, mais je suis heureuse de passer au prochain chapitre. (ENFIN 😀 )

Mon prochain chapitre s’intitule “I choose to do me, for me”. C’est pourquoi, aujourd’hui, je commence l’année 2019 sur une nouvelle note.

Depuis un certain temps, je suis très conscientisée par l’environnement, mais surtout sur l’impact que nous avons sur lui.

En 2019, j’ai envie de faire ma part des choses et de propulser le changement du mieux que je le peux.

Je te partagerai donc une vingtaine d’articles en lien avec des petits changements que je t’encourage à faire pour réduire ton impact écologique. Chaque jour, pour le reste du mois de janvier, tu auras un nouvel outil pour réduire ton empreinte environnementale.

Mais avant de commencer, j’aimerais te rappeler les bases de la réduction de déchet en te remémorant les 5 R que tu connais probablement déjà.

Les 5 R

En fait, l’idée des 5 R est de les utiliser du premier au dernier en favorisant le premier et si ce n’est pas possible de passer au prochain point. Bref, rien de plus clair que de les regarder et de te les expliquer individuellement.

1. Refuser

Le premier R est de refuser ce dont tu n’as pas besoin. Quelques exemples seraient de refuser poliment lorsque l’on te propose d’emballer ton épicerie dans un sac de plastique, de refuser de prendre la tasse de café en carton ou pire une tasse en styromousse, mais d’avoir la tienne pour prendre ton café. Bref, tu comprends le principe.

Pose-toi sincèrement les questions suivantes. En ai-je vraiment besoin? Est-ce que des alternatives sont possibles?

Un exemple flagrant qui me vient en tête, c’est quand j’allais magasiner des vêtements et que je passais à la caisse pour acheter 1 chandail et que la caissière le mettait dans un sac plastique. Je refusais poliment et je repartais avec le chandail dans mes mains. Je n’avais pas besoin de sac pour cela…

L’idée est de dire non merci, le plus poliment possible. Je sais que tu es capable de faire ça toi aussi ;).

Au début, tu trouveras cela difficile, tu vas probablement l’oublier. Avec la pratique, tu deviendras une reine du refus!

2. Réduire

Le second R est de réduire si tu n’as pas pu le refuser. En fait, ça peut être de réduire ta consommation d’eau, par exemple en prenant de plus courtes douches, de réduire ton gaspillage alimentaire en faisant l’épicerie dont tu as réellement besoin sans plus. Ça peut aussi être de réduire le nombre de tampons démaquillant que tu utilises par année en optant pour une alternative de tampons démaquillants lavables!

L’idée est de réduire au minimum selon ce dont tu as vraiment besoin. Ça inclut aussi tout ce que tu possèdes. As-tu vraiment besoin de 8 paires de jeans, de 24 cotons ouatés et de 15 robes? Bref, ce sont des questions à se poser au minimum une fois par année.

Encore une fois, le simple fait de se poser la question : En ai-je vraiment besoin? Ça va t’aider à réduire ta consommation de toute sorte.

3. Réutiliser

Le 3e R est de réutiliser les choses que tu n’as pas pu refuser, ni pu réduire.

L’idée est de donner une 2e vie ou même davantage de vie à certaines choses. Par exemple, tes vieux chandails troués ou tachés, tu peux les découper et en faire des guenilles pour faire ton ménage.

Ça peut également être de réutiliser tes pots en vitres achetées du magasin général pour aller à l’épicerie en vrac de ton coin pour le remplir de ce dont tu as besoin.

Idéalement, c’est de réutiliser ce que tu peux, et petit à petit, lorsque tu termines tes choses jetables, tu peux trouver des alternatives plus écologiques. Mais le but n’est pas de faire la transition en un claquement de doigts, ce sera beaucoup trop et tu voudras tout laisser tomber. Une chose à la fois ma chère.

4. Recycler

Le 4e R est de recycler les choses que tu n’as pas pu refuser, que tu n’as pas pu réduire ni pu réutiliser. Beaucoup plus de choses que tu ne le crois se recyclent. Je vais t’en reparler dans les prochains articles, mais tu dois SANS FAUTE télécharger l’application “Ça va où? pour connaitre tout ce qui se recycle selon ta ville et ta région.

Tu risques d’être surpris des choses qui se recyclent! À titre d’exemple, les plastiques mous tels que les sacs à pain et à pâtisserie ainsi que les pellicules d’emballage des sacs de lait, de papier essuie-tout, de papier de toilette sont tous recyclables! Tu dois donc les mettre au bac bleu!

Encore une fois, le recyclage devrait venir comme 4e choix. Il faut donc prioriser le refus, la réduction et la réutilisation. Peut-être qu’au lieu d’acheter ton pain dans un sac plastique comme ceux vendus à l’épicerie, tu peux aller chez le boulanger et acheter ton pain en amenant ton sac réutilisable ou même une taie d’oreiller.  

Mais, sache qu’il y a plus de choses recyclables que ce que tu crois!

Le recyclage ne vient qu’en 4e position pour la réduction de sa consommation, parce qu’on ne s’en cachera pas, le recyclage n’est pas top. Dans nos centres de tri, on a encore de la difficulté à être efficient et efficace.

On dit que des 9 000 000 000 (9 milliards) de TONNES de plastiques produites au monde seulement 9 % ont été recyclés. Ça en fait du plastique qui se retrouve partout sauf au centre de tri pour être recyclé! Alors tout le plastique qui se retrouve dans la nature et qui la pollue prendra des milliers d’années à se décomposer totalement.

Alors, rappelle-toi qu’il est préférable de trouver des alternatives pour réduire ton empreinte écologique que de consommer un produit sachant qu’il se recycle. Parce que la réalité c’est qu’il finira tôt où tard dans la nature…

5. Rendre à la terre (composter)

Finalement, la dernière option pour réduire son empreinte environnementale au niveau de la consommation, c’est de composter ce qu’il est possible de composter. Encore une fois, je t’invite à consulter l’application “Ça va où?” pour connaître les choses qui sont possibles à composter.

Je ferai un article sur le compostage dans les prochains jours.

Et après les 5 R ?

Pour les produits de consommation, les 5 R sont les options les plus “écologiques” possible. Sinon, les autres détritus vont à la poubelle.

Je tiens à préciser qu’il y a les écocentres pour certains détritus tels que les galons de peinture, les vieux matelas, certains métaux, les huiles à moteurs et autres. Informe-toi auprès de l’écocentre de ta ville pour faire le bon tri.

Mes conseils

Voilà, le mot d’ordre dans la diminution de ta consommation est d’y aller à ton rythme selon ce qui est possible pour toi. On a tous une réalité différente, on a tous nos limites et c’est correct. Je ne te dis pas que demain tu n’as plus le droit d’utiliser de papier de toilette jetable, mais peut-être qu’un jour ça viendra, peut-être que non, mais c’est OK.

Tu dois faire les changements à ta vitesse, une étape à la fois et ceux que tu peux te permettre. Si tu habites à St-Sauveur et que tu travailles à Montréal, tu n’arrêteras probablement pas d’utiliser ta voiture demain. Mais tu peux regarder les alternatives qui s’offrent à toi. Par exemple, le transport en commun, tel que le train à St-Jérôme pour te rendre à Montréal. Peut-être que tu peux faire du covoiturage. Il existe plusieurs applications pour cela et des groupes Facebook. Il suffit de chercher. Peut-être que pour ta prochaine voiture tu peux opter pour une voiture électrique ou hybride. Tu peux essayer de modifier ton horaire de déplacement pour éviter d’être prise dans le trafic pendant 2 heures.

Tu comprendras qu’il existe une panoplie d’alternative pour faire de petits changements qui ont un réel impact sur l’empreinte carbone que tu as.

Et même si au terme de mes articles sur le sujet, tu ne fais pas de changement, au moins tu seras plus conscientisé et l’idée fera son chemin jusqu’au jour où tout cela aura plus de sens pour toi. C’est OK si ce n’est pas le bon moment pour toi, mais au moins, je t’en supplie ne ferme pas les yeux sur le problème.

Ne te mets pas de pression quand tu commences. C’est impossible d’être parfait. Moi-même, j’oublie parfois de refuser certaines choses. Quand on veut commencer à changer des habitudes, on peut oublier, ne plus s’en souvenir. Ne t’en veux pas, ne te culpabilise pas, dis-toi que la prochaine fois tu y penseras. Et tant qu’à y être, félicite-toi donc de t’être rendu compte que la prochaine fois tu pourrais faire mieux. Tu en es maintenant consciente, et je crois que c’est la première étape à franchir!

Travaillons ensemble vers un monde meilleur!

N’oublie pas de partager!

Ensemble, on peut faire la différence!

À demain, pour le premier truc!

 

Audrey xo

Pin It on Pinterest